Archives de catégorie : Actus de la formation

Actualités relatives aux dates d’inscription, dates de rendus des dossiers/projets tutorés, modifications des horaires de cours ou de salle.

2018/ HISTOIRE DES USAGES ET PRATIQUES D’UNE RIVIERE URBAINE, LE MORBRAS

Historique des usages et pratiques d’une petite rivière urbaine :  l’exemple du Morbras

Ce travail a été réalisé par Lina BEN DRIS, Mathilde CHAUFFOUR, Vincent DURAND, Kenzy GAUTHIEROT-PANCARTE, Arnaud MAGLOIRE (direction : Marie-Anne GERMAINE, Elise TEMPLE-BOYER. Septembre 2017 – Janvier 2018)

Dans le cadre de l’enseignement de Master 2 « Atelier de territoire », les étudiantes de la promo 2017-2018 ont réalisé durant le 1er semestre un historique des usages et pratiques du Morbras en relation avec les gestionnaires locaux (Syndicat Marne Vive et Syndicat Mixte pour l’Aménagement du Morbras) et les réflexions du groupe « Rivières Urbaines » de l’association ARCEAU.

Il s’agit de reconstituer l’histoire des usages et pratiques du Morbras à travers une analyse diachronique (enquêtes, archives, terrain…) et à travers la mémoire des habitants (récit de vie, entretien…). L’idée est de mieux saisir, à travers l’étude de l’histoire du Morbras, les perceptions qu’ont les habitants de leur rivière et les relations qu’ils entretiennent avec elle. En parallèle, les étudiants devront rendre un diagnostic détaillé du terrain étudié qui fera l’objet de la réalisation de cartographies afin de rendre compte de manière précise des grands temps de la rivière à travers ses usages et ses pratiques.

Proposition d’une carte interactive du patrimoine hydraulique du Morbras.

 

2018/ Diagnostic hydro-territorial du Morbras

Dans le cadre de l’enseignement de Master 1 « Projet tutoré », les étudiantes de la promo 2017-2018 ont réalisé durant le 1er semestre un diagnostic hydro-territorial à l’échelle des communes traversées par le Morbras en relation avec les gestionnaires locaux (Syndicat Marne Vive et Syndicat Mixte pour l’Aménagement du Morbras) et les réflexions du groupe « Rivières Urbaines » de l’association ARCEAU.

Ce travail a été dirigé par Elise TEMPLE-BOYER).
Septembre 2017 – Janvier 2018

Diagnostic hydro-territorial de la commune de la Queue en Brie

Il a été réalisé par Clara Alvarez, Ikbal Gmati et Alexis Jean-Jacques

Diagnostic hydro-territorial de la commune de Pontault-Combault

Il a été réalisé par Julie Baptiste, Aurélie Ligarius, Stacy Pamphile

Doctoriales en Sciences Sociales de l’eau du 4 au 6 décembre 2017

Doctoriales en Sciences Sociales de l’eau
du 4 au 6 décembre 2017

Université Paris Nanterre
Bâtiment W Max Weber

Pour leur troisième édition, les doctoriales en sciences sociales de l’eau se tiendront à l’Université de Paris Nanterre.

Cet événement rassemblera des doctorant-e-s quelle que soit leur année d’inscription et des jeunes chercheur-e-s ayant récemment soutenu une thèse en sciences sociales ou humaines, entendues ici au sens large : économie, sociologie, sciences politiques, géographie, sciences de gestion, anthropologie, droit, histoire, histoire de l’art, archéologie, psychologie.

L’objectif est de dresser un panorama des recherches récentes ou en cours et de mettre en réseau les jeunes chercheur-e-s travaillant sur la question de « l’eau », que celle-ci soit pensée comme ressource, service, risque, espace, etc., avec une pluralité d’approches et de questionnements.

Plus d’information : https://reseaup10-doctoriales.parisnanterre.fr/

Apér-EAU scientifique : Laurence Lestel – 28 novembre 2017 – Péniche Antipode

Le troisième apér-EAU scientifique de la saison aura lieu le mardi 28 novembre à 19h00 sur la Péniche Antipode (19e arrondissement de Paris).

Directrice de recherches en histoire de l’environnement au CNRS, Laurence Lestel présentera ses travaux sur l‘usage des cartes anciennes pour la restauration des rivières.

Résumé de l’intervention :

« Depuis plusieurs années, nombreuses sont les initiatives pour extraire de cartes anciennes des informations spatialisées utiles aux chercheurs en sciences environnementales. Dans le cadre d’un partenariat avec les Archives Nationales, le fonds F14 des cartes réalisées par les ingénieurs des Ponts et Chaussées a été dépouillé et est progressivement traité (récolement de quelques centaines de cartes, restauration, numérisation et géoréférencement pour environ 30% d’entre elles). Ces cartes ont souvent été réalisées dans un but d’améliorer la navigation, donc pour les seules rivières navigables. Elles donnent de nombreuses indications sur les aménagements des rivières, leur chenalisation, le comblement des bras morts ou la disparition des îles.
L’adoption de la Directive Cadre européenne sur l’Eau en 2000 a conduit à de nombreuses opérations de « restauration » de cours d’eau pour rétablir leur bon état écologique, chimique et hydromorphologique. Ces opérations de restauration s’appuient sur un état de référence normalement défini, en France, par un réseau de sites censés être représentatifs d’un état aussi peu modifié que possible par les actions humaines. Cependant, des gestionnaires utilisent parfois l’état passé de la rivière comme référence. Nous montrerons ici comment l’analyse cartographique permet de quantifier l’évolution de dynamiques fluviales au cours des deux derniers siècles et d’en montrer le caractère irréversible, ce qui exclut tout retour au passé. »

Vous trouverez l’affiche de l’intervention ICI 

A très bientôt sur la péniche Antipode !

Apér-EAU scientifique : Arnaud Buchs – 24 octobre 2017

Le deuxième apér-EAU de l’année aura lieu le mardi 24 septembre à 19h00 sur la Péniche Antipode (19 e arrondissement de Paris)

Economiste à l’Université Toulouse Jean Jaurès, Arnaud Buchs viendra nous présenter ses recherches sur « Les dimensions sociales de la pénurie en eau. Permanence du discours pénurique pour l’orientation de la politique hydraulique à Alméria (Espagne) ».

Nous vous attendons nombreux mardi prochain, autour d’un verre, sur la Péniche Antipode. Tous les membres du Rés-EAUx se réjouissent à l’idée de vous revoir pour cette nouvelle saison des Apér-EAU !

Vous pouvez retrouver le résumé l’intervention d’Arnaud Buchs ici.

L’apér-EAU du Rés-EAUx, l’évènement à ne rater sous aucun prétexte, chaque mois, sur la Péniche Antipode !

Apér-EAU scientifique de la rentrée: Veronica Mitroi – Mardi 26/09/2017

Apér-EAU scientifique de la rentrée: Veronica Mitroi – Mardi 26/09/2017 à 19h00 sur la Péniche Antipode
(19e arrondissement Paris)

Vous l’attendiez toutes et tous : l’ Apér-EAU scientifique de la rentrée du Rés-EAUx !

Nous sommes très heureux de vous annoncer que cette année encore, chaque fin du mois, nous vous donnons rendez-vous à 19h00 sur la Péniche Antipode (19e arrondissement de Paris) pour un moment convivial de partage et d’échange autour de diverses thématiques, avec des chercheurs de divers horizons !

Et nous commençons notre nouvelle saison des Apér-EAU en beauté vu que nous accueillons mardi prochain, le 26 septembre 2017, la superbe Véronica Mitroï.

Sociologue (CNRS-IES), Véronica nous présentera ses récentes recherches sur : « La contribution des pratiques interdisciplinaires à la gestion territoriale des plans d’eau en contexte péri-urbain – Représentations savantes et profanes de la qualité des plans d’eau en Ile-de-France« .

Nous vous attendons nombreux mardi prochain, autour d’un verre, sur la Péniche Antipode. Tous les membres du Rés-EAUx se réjouissent à l’idée de vous revoir pour cette nouvelle saison des Apér-EAU !

Petit avant-goût? Lisez donc le résumé de l’intervention de Véronica Mitroï.

L’apér-EAU du Rés-EAUx, l’évènement à ne rater sous aucun prétexte, chaque mois, sur la Péniche Antipode !

M2/ 2017 POLAT AZAD

Comment faire émerger des projets collaboratifs innovants ?
Exemple des actions du pôle de compétitivité HYDREOS pour la gestion des eaux pluviales et des milieux aquatiques

Par Azad Polat

Sous la direction de David Blanchon

Institution d’accueil  : HYDREOS / Maitre de stage: M. FOLMER Alexandre

Mots-Clés: projets collaboratifs innovants, pôle de compétitivité, eau

Résumé:

Ce mémoire a été écrit à la suite d’un stage effectué au sein du pôle de compétitivité HYDREOS dans le cadre du Master 2 Géographie, Aménagement, Environnement, Développement parcours Gestion de l’Eau.

Les pôles de compétitivité ont comme objectif d’être des « usines à produits » : à travers l’exemple d’HYDREOS, pôle de l’eau en région Grand-Est, nous montrerons comment le pôle imagine et met en place ses actions afin de faire émerger des projets collaboratifs innovants. Nous nous appuierons notamment sur la Journée Technique « Gestion des Eaux pluviales dans la Ville Durable » et l’Atelier « Milieux Aquatiques – GeMAPI » et les différentes conséquences directes ou indirectes, à court, moyen ou long terme, que ces événements ont pu induire.

Exemple des actions HYDREOS, (2017, Azad POLAT)
Les rôles de l’intermédiation d’HYDREOS en pratique, (2017, Azad POLAT)
Exemples de suites liés aux actions d’HYDREOS, (2017, Azad POLAT)

M2/ 2017 LO ROKHAYA

Évaluation de l’impact du Programme de Structuration du Marché des Boues de Vidange (PSMBV) sur la pratique de la vidange manuelle dans les départements de Pikine et Guédiawaye (banlieue de Dakar)

Par Rokhaya Lô

Sous la direction de David Blanchon

Institution d’accueil  : Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS) /  Maîtres de stage : M. Bassirou Sow, expert IEC du Programme des Boues de Vidange,  M. Ousmane Camara,  Coordonnateur du programme

Mots-Clés: Boues de vidange ; Dakar ; Vidange manuelle

Résumé:

Le retard constaté dans le secteur de l’assainissement par rapport au secteur de l’hydraulique a poussé l’Etat à considérer l’assainissement comme secteur prioritaire. L’importance donnée à ce secteur depuis le début des années 2000 a permis la mise en place de programmes publics dont le Programme d’Assainissement des Quartiers Péri-Urbains de Dakar (PAQPUD) déroulé de 2000 à 2008, le Programme d’Eau Potable et d’Assainissement pour le Millénaire (PEPAM) débuté en 2005 et toujours en cours dans sa deuxième phase d’exécution et le Programme de Structuration du Marché des Boues de Vidange (PSMBV) entamé depuis 2012. Ce PSMBV qui a motivé contre étude vise à améliorer la santé et le niveau de vie des habitants des départements cibles par l’accès à un système d’assainissement hygiénique et abordable. En effet, la vidange manuelle se fait dans la zone du programme, Pikine et Guédiawaye (banlieue de Dakar), et prend le dessus dans certains quartiers sur la vidange mécanique à cause du coût élevé de celle-ci et de l’inaccessibilité de beaucoup de rues aux camions de vidange.

Une évaluation de la pratique de la vidange manuelle depuis le début du PSMBV est faite dans ce mémoire. L’enjeu est la valorisation des matières de vidange car le marché des boues de vidange est en train de se développer au Sénégal et en vidange manuelle comme les boues sont enfouies, les matières de vidange qui n’arrivent pas aux stations de traitement pourraient causer des problèmes environnementaux et sanitaires et affecter le marché des boues de vidange d’où la lutte contre la vidange manuelle.

Photo de camions en dépotage dans un réceptacle à la STBV de Cambérène (Dakar)

 

M2/ 2017 MEKLATI INES

La problématique de l’eau potable dans les Chiapas : la purification de l’eau comme vecteur d’émancipation des femmes dans les communautés rurales.
Approche à travers l’implantation de systèmes de potabilisation de l’eau du programme Franquicia Social de la Fondation Cántaro Azul

Par Inès Meklati

Sous la direction de David Blanchon

Institution d’accueil  : Fondation Cántaro Azul, San Cristobal de las Casas, Chiapas, Mexique / Maitre de stage : Antolin DIEZ MO RUIZ

Mots-Clés: eau potable, qualité de l’eau, Chiapas, communautés rurales, Cántaro Azul, développement local, émancipation des femmes, travail domestique

Résumé:

Le Chiapas est l’État le plus pauvre du Mexique mais contenant, théoriquement, la  quantité d’eau la plus importante du pays. Cependant, la contamination de l’eau, due aux diverses pollutions, entraîne, dans la totalité de l’État, de graves problèmes de santé (allant des maladies gastro-intestinales à la mort). Les habitudes de vie et les contraintes liées à la marginalisation augmentent la consommation d’une eau de mauvaise qualité.

La fondation Cántaro Azul implante des systèmes de potabilisation de l’eau dans les communautés rurales, marginalisées et/ ou indigènes pour améliorer la santé des habitants en passant par une consommation d’eau potable « sûre ». Par l’intermédiaire de trois programmes, des systèmes de purification individuels ou communautaires sont installés et gérés par la communauté elle-même. Dans une région où les inégalités de genre et le machisme sont extrêmes, surtout dans les zones marginalisées, le programme Franquicia Social tente d’offrir une opportunité à des femmes des communautés d’être auto-entrepreneuses en gérant le système implanté comme une entreprise. Même si ce modèle est facteur de développement local et d’émancipation (même partielle) de ces femmes, on constate malgré tout qu’elles restent fortement enchaînées au travail domestique et aux décisions de leur mari.

Tableau récapitulatif des programmes de Cántaro Azul (réalisation : Inès Meklati, 2017)
Schéma récapitulatif de la situation de l’eau et des inégalités de genre selon la marginalisation dans les Chiapas. (Réalisation: Meklati, 2017)

M2/ 2017 GUILLEMOT MORGANE

La gestion des eaux pluviales sur le territoire Grand Orly Seine Bièvre. Entre grand et petit cycle de l’eau, comment introduire la gestion des eaux pluviales en milieu urbain ?

Par Morgane Guillemot

Sous la direction de Marie-Anne Germaine

Institution d’accueil: Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Bièvre, L’Hay-Les-Roses / Sylvain Rotillon (Directeur)

Mots-Clés: eaux pluviales, gestion à la source / alternative, milieu urbain, cycles de l’eau, durable

Résumé:

Le cycle naturel de l’eau est fortement modifié depuis le début du XXème siècle. En cause, l’urbanisation croissante des villes et l’artificialisation qui en découle : imperméabilisation des sols, réduction de la végétation, suppression des écoulements naturels. Le potentiel de stockage dû à l’infiltration naturelle est réduit. De fait, les ruissellements sur des surfaces lisses et étanches sont amplifiés et accélérés rendant les réseaux d’assainissement insuffisants. Le risque d’inondations par débordements de réseaux, le risque de déversements d’eaux polluées dans le milieu naturel ainsi que les coûts de transport et de traitement des effluents s’en trouvent alors accentués.

Face à ces différents constats et pour respecter les objectifs de protection du milieu naturel et préserver au mieux la population des inondations, il apparait nécessaire d’intégrer la problématique de gestion des eaux pluviales en milieu urbain pour retourner vers un cycle de l’eau plus naturel. La « recréation » de ce cycle naturel pourrait permettre de tempérer les dysfonctionnements hydrauliques et les pollutions générées par les réseaux de canalisations enterrés. Les modèles actuels sont donc en phase d’être interrogés, de même que la résilience des systèmes locaux. De plus, dans un contexte de changement climatique, retrouver un cycle de l’eau en ville permettrait à celle-ci une plus grande résilience face à des phénomènes climatiques extrêmes. Pallier les désordres liés à l’évacuation des eaux pluviales par les infrastructures en réseaux est un enjeu fondamental. À celui-ci s’ajoute celui de prendre en charge de nouvelles problématiques environnementales : perte de la biodiversité et îlot de chaleur urbain, évènements pluviaux plus violents pour lesquels les réseaux n’ont pas été dimensionnés et sécheresse. La déperméabilisation ou la reperméabilisation des sols en milieu urbain à travers la gestion des eaux pluviales à la source apparait ainsi comme un levier pour anticiper les changements climatiques. Enfin, faire revenir l’eau à travers la gestion des eaux pluviales est un enjeu positif qu’il faut veiller à encourager. Les aménagements de gestion de l’eau de pluie sont des aménités paysagères pouvant être source de bien-être et améliorant la qualité de vie.

Ce mémoire interroge ces différents constats et enjeux sur un territoire urbain dense : le Territoire Grand Orly Seine Bièvre.

Exemples d’ouvrages de gestion à la source des eaux de pluie. (Guillemot, 2017) Il existe différents types d’ouvrage de gestion des eaux pluviales à la source (à la parcelle, in situ). L’ensemble de ces ouvrages peut avoir un rôle paysager, en plus de gérer les eaux de pluie. Ces différentes techniques de gestion (bassin à ciel ouvert, noues paysagères etc.) permettent généralement d’amener des surfaces végétalisées pouvant être structurées autour de parc ou d’aires de jeux rendant ainsi les espaces multifonctionnels.