Master Géographie, Aménagement, Environnement,Développement

Le master GAED forme des professionnels en capacité d’aborder les questions de développement local et d’aménagement du territoire, en lien avec trois thématiques : la gestion de l’eau avec le parcours Gedelo, mais également les mondes ruraux dans le parcours Nourad, et la santé avec le parcours TVS. L’approche géographique, transversale aux territoires, l’entrée par les jeux d’acteurs et l’attention portée aux inégalités spatiales sont les points communs aux trois parcours.

Les étudiant.es de Gedelo suivront des enseignements communs avec les deux autres parcours Nourad et TVS. Ils permettent aux étudiant.es d’acquérir et de s’approprier une démarche géographique et des outils adaptés à leur projet. Ceci recouvre : 

  • La familiarisation (pour les étudiants non géographes), ou le renforcement (pour les titulaires d’une licence de géographie) d’une approche géographique, décloisonnée et transversale des territoires.
  • Une capacité à intégrer dans des projets d’aménagement et d’actions aux niveaux local ou régional les enjeux multiples et variées associés au développement local et à l’organisation des territoires en lien avec les thématiques de la formation.
  • L’élaboration d’une démarche réflexive rigoureuse : état de l’art scientifique, analyse des politiques publiques de développement territorial, des acteurs, de leurs relations ou de leurs pratiques. 
  • La maîtrise d’outils d’analyse spatiale : Systèmes d’Information Géographique, Cartographie Assistée par Ordinateur, recueil et traitement de données spatiales

Le master GAED offre aux étudiant.es la perspective soit d’un doctorat, soit d’une insertion professionnelle à l’issue du M2.

Le parcours Gedelo

Le parcours GEDELO a pour objectif de former aux problématiques de l’eau des étudiants issus des sciences sociales, mais propose aussi à des étudiants venant des disciplines des sciences de la vie et de la terre une formation leur offrant des perspectives et des méthodes plus larges permettant d’intégrer les sociétés, territoires, et contraintes économiques.

La formation offre des savoirs et outils pour aborder de façon globale la question de l’eau, tant au nord que dans les pays du Sud, que ce soit dans des contextes urbains que ruraux. L’objectif est de former des étudiant⋅es capables de mobiliser des savoirs géographiques pour appréhender les grands enjeux de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques, des savoirs hybrides pour dialoguer avec les différents acteurs concernés par la gestion de cette ressource (capacité à comprendre les diagnostics environnementaux).

Conformément à l’inscription du parcours dans une mention de master de géographie, le parcours gedelo privilégie :

  • Une entrée par l’espace et le territoire : il s’agit d’affirmer l’intérêt d’une approche qui tienne compte de la spécificité des configurations locales, tant du point de vue physique que des réalités sociales, pour comprendre avec finesse les enjeux de la gestion de l’eau sur un espace spécifique. La question des (dés)articulations entre gestion environnementale et développement local des territoires est également abordée dans les enseignements dispensés.
  • Une entrée par les acteurs : les concepts mobilisés dans les enseignements (hydrosystèmes, paysage, territoire, participation) invitent à accorder une grande place aux jeux d’acteurs, à nouveau saisis dans une perspective spatialisée. En permettant l’acquisition de compétences de base sur l’eau, le parcours permet aux étudiants d’être en mesure de comprendre les approches privilégiées par les différents acteurs, d’instaurer une réflexion sur leurs interactions, et de participer à l’élaboration de projets ou à la gestion quotidienne de l’eau sur un espace donné. 

Jason Goh | Pixabay

Organisation de la formation

Leparcours GEDELO est organisé en semestres. Le premier semestre du M1 et le premier du M2 sont consacrés aux enseignements et à la conduite d’un projet collectif tuteuré. Le second semestre de M1 et le second du M2 consistent en la réalisation d’un mémoire de master dans le cadre de stage ou de recherche.

Voir la maquette de la formation

Savoirs géographiques transversaux

en M1

  • Approches dimensionnelles de l’espace
  • Acteurs et échelles de l’action
  • Projets de territoires, territoires de projet
  • Vulnérabilités et transitions

en M2

  • Géographie, Environnement, Société et Transition
  • Gouvernance et systèmes locaux d’action
  • Les communs

Savoirs spécialisés dans le domaine de l’eau

en M1

  • Des ressources aux usages de l’eau
  • Fonctionnement des hydrosystèmes
  • Paysage: de l’analyse aux politiques publiques

en M2

  • Gestion des milieux aquatiques
  • Hydropolitiques, conflits et coopérations
  • Eau et dispositifs socio-techniques
  • Gestion et acteurs de l’eau

Méthodes et Outils

en M1

  • SIG et Cartographie
  • Gestion de bases de données et statistiques
  • Initiation aux techniques d’enquêtes qualitatives
  • Projets professionnels et réseaux
  • Recherches et méthodologies

en M2

  • Géomatique et analyse spatiale
  • Initiation aux techniques d’enquêtes quantitatives
  • Réseaux professionnels
  • Actualités de la rechercher et méthodologie

Projets tuteuré

L’enseignement « Projet tutoré » constitue un temps fort du 1er semestre du Master 1. Il s’agit d’un travail de groupe mené par les étudiants durant tout le semestre afin de répondre à une problématique spécifique en lien avec leur spécialité ou transversale aux différents parcours. Ce travail associe le plus souvent un commanditaire extérieur partenaire du Master (collectivité locale, institution publique) avec lequel les étudiants échangent régulièrement afin de préciser leur sujet et de valider les différentes étapes du projet. Ils sont encadrés dans la réalisation de leur démarche par l’équipe pédagogique. Un fort investissement des étudiants et une importante capacité d’organisation sont indispensables pour cet enseignement : une journée par semaine lui sera dédiée, à laquelle il faut ajouter une semaine intensive de terrain (octobre) et une grande partie du mois de janvier. Ce cadre de travail très exigeant constitue une première expérience professionnelle forte.

Stage et/ou Recherche

Les stages et recherches se déroulent au second semestre et peuvent débuter à partir du 1 février de l’année universitaire, d’une durée variable de 1 à 6 mois. Tout projet personnel et la rédaction du mémoire associé doit être supervisé et validé par un membre de l’équipe enseignante, qui suivra le travail pendant tout le second semestre.

Le stage fait l’objet d’une évaluation sur la base de la rédaction d’un mémoire académique et d’une soutenance orale supervisée par l’équipe pédagogique.

Attention tout de même à ne pas attendre trop longtemps l’obtention d’un stage. Il vaut mieux un travail exploratoire défini dès le début de l’année, qu’un stage trop tardif, ne laissant pas le temps nécessaire à la rédaction du mémoire.

Pour vous aider dans la recherche de stage opérationnel (rédaction de lettre de motivation, construction de CV…), vous pouvez contacter le Bureau d’Aide à l’Insertion Professionnelle de l’Université (http://baip.parisnanterre.fr). N’hésitez pas non plus à recourir aux réseaux professionnels développés par l’université (https://reseaupro.parisnanterre.fr/). Enfin, consultez régulièrement les offres de stage mis en ligne sur les sites des collectivités territoriales, ou sur les sites professionnels dédiés (http://www.orientation‐ environnement.fr/recrutements/stages‐environnement/, http://www.reseau‐tee.net/ http://www.emploi‐ environnement.com/fr/gestion_offre/offres_stages.php4, etc).

Mémoire

Il est important de privilégier le cas de figure qui permet à l’étudiant de développer les thématiques qui l’intéressent. Quel que soit le projet personnel, l’évaluation du second semestre repose sur la rédaction et la soutenance d’un mémoire académique et non d’un simple rapport de stage. Le mémoire ne peut pas se limiter à un simple compte‐rendu d’une expérience professionnelle. Il doit aussi comporter une réflexion sur l’objet du stage, une mise en contextualisation du thème traité et une analyse du cadre de travail. Il doit répondre à une problématique accompagnée d’une analyse critique étayée par un corpus de références bibliographiques. Tout mémoire de stage doit donc être supervisé et validé par un membre de l’équipe enseignante.

En M2, le dépôt du mémoire s’effectue au plus tard fin aout avec une soutenance début septembre.

En M1, le dépôt du mémoire s’effectue au plus tard fin juin avec une soutenance début juillet.

Une équipe pédagogique de spécialistes

David BLANCHON – Professeur à Paris Ouest-Nanterre, HDR,
Aurélia Knapick – PRAG à Paris Ouest-Nanterre
Véronique FOURAULT – MCF à Paris Ouest-Nanterre
Marie-Anne GERMAINE – MCF à Paris Ouest-Nanterre
Aurélia KNAPICK – PRAG à Paris Ouest-Nanterre
Elise TEMPLE-BOYER – MCF à Paris Ouest-Nanterre

Claire ARAGAU – MCF à Paris Ouest-Nanterre
Jean-Paul BILLAUD – Directeur de recherche au CNRS – LADYSS
Audrey BOCHATON – MCF à Paris Ouest-Nanterre
Barbara CASCIARRI – MCF à l’université Paris 8
Henri DESBOIS – MCF à l’université Paris Ouest, HDR
Alexis GONIN – MCF à l’université Paris Ouest
Frédéric LANDY – Professeur à Paris Ouest-Nanterre, HDR
Laurent LESPEZ – Professeur à l’université Paris Est, HDR
Aurélie QUENTIN – MCF à Paris Ouest-Nanterre
Monique POULOT – Professeur à Paris Ouest-Nanterre, HDR
Stéphane RICAN – MCF à Paris Ouest-Nanterre
Jean-Fabien STECK – MCF à Paris Ouest-Nanterre, HDR
Zoé VAILLANT – MCF à Paris Ouest-Nanterre