M2/ 2017 GUILLEMOT MORGANE

La gestion des eaux pluviales sur le territoire Grand Orly Seine Bièvre. Entre grand et petit cycle de l’eau, comment introduire la gestion des eaux pluviales en milieu urbain ?

Par Morgane Guillemot

Sous la direction de Marie-Anne Germaine

Institution d’accueil: Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Bièvre, L’Hay-Les-Roses / Sylvain Rotillon (Directeur)

Mots-Clés: eaux pluviales, gestion à la source / alternative, milieu urbain, cycles de l’eau, durable

Résumé:

Le cycle naturel de l’eau est fortement modifié depuis le début du XXème siècle. En cause, l’urbanisation croissante des villes et l’artificialisation qui en découle : imperméabilisation des sols, réduction de la végétation, suppression des écoulements naturels. Le potentiel de stockage dû à l’infiltration naturelle est réduit. De fait, les ruissellements sur des surfaces lisses et étanches sont amplifiés et accélérés rendant les réseaux d’assainissement insuffisants. Le risque d’inondations par débordements de réseaux, le risque de déversements d’eaux polluées dans le milieu naturel ainsi que les coûts de transport et de traitement des effluents s’en trouvent alors accentués.

Face à ces différents constats et pour respecter les objectifs de protection du milieu naturel et préserver au mieux la population des inondations, il apparait nécessaire d’intégrer la problématique de gestion des eaux pluviales en milieu urbain pour retourner vers un cycle de l’eau plus naturel. La « recréation » de ce cycle naturel pourrait permettre de tempérer les dysfonctionnements hydrauliques et les pollutions générées par les réseaux de canalisations enterrés. Les modèles actuels sont donc en phase d’être interrogés, de même que la résilience des systèmes locaux. De plus, dans un contexte de changement climatique, retrouver un cycle de l’eau en ville permettrait à celle-ci une plus grande résilience face à des phénomènes climatiques extrêmes. Pallier les désordres liés à l’évacuation des eaux pluviales par les infrastructures en réseaux est un enjeu fondamental. À celui-ci s’ajoute celui de prendre en charge de nouvelles problématiques environnementales : perte de la biodiversité et îlot de chaleur urbain, évènements pluviaux plus violents pour lesquels les réseaux n’ont pas été dimensionnés et sécheresse. La déperméabilisation ou la reperméabilisation des sols en milieu urbain à travers la gestion des eaux pluviales à la source apparait ainsi comme un levier pour anticiper les changements climatiques. Enfin, faire revenir l’eau à travers la gestion des eaux pluviales est un enjeu positif qu’il faut veiller à encourager. Les aménagements de gestion de l’eau de pluie sont des aménités paysagères pouvant être source de bien-être et améliorant la qualité de vie.

Ce mémoire interroge ces différents constats et enjeux sur un territoire urbain dense : le Territoire Grand Orly Seine Bièvre.

Exemples d’ouvrages de gestion à la source des eaux de pluie. (Guillemot, 2017) Il existe différents types d’ouvrage de gestion des eaux pluviales à la source (à la parcelle, in situ). L’ensemble de ces ouvrages peut avoir un rôle paysager, en plus de gérer les eaux de pluie. Ces différentes techniques de gestion (bassin à ciel ouvert, noues paysagères etc.) permettent généralement d’amener des surfaces végétalisées pouvant être structurées autour de parc ou d’aires de jeux rendant ainsi les espaces multifonctionnels.